IQSS 2018 – ISO-ORTHO


Source HAS : : Infections du site opératoire après pose de prothèse de hanche ou de genou

Le développement de la mesure nationale des infections du site opératoire (ISO) après PTH ou PTG est réalisée en partenariat avec le CPIAS Ile de France, et en lien avec un groupe de travail regroupant les expertises cliniques, en hygiène hospitalière, de l’information médicale, du patient et de l’usager.

Ces travaux répondent au rapport du Haut conseil de santé publique (HCSP RA 2013 ) qui priorisait cet indicateur de résultats et à l’axe 3 du Programme national de prévention des infections associées aux soins (Propias) lancé en 2015 dont une des actions est de « généraliser la surveillance des ISO graves”.

La méthode utilisée pour la validation de la détection des ISO dans le PMSI fait l’objet d’un rapport d’expérimentation (CPIAS IDF, 2018), avec notamment l’utilisation d’un algorithme dont la valeur prédictive positive est de 87% (Grammatico-Guillon et al. 2014).

Indicateur sélectionné pour la mesure nationale des infections du site opératoire après pose de prothèse totale de hanche ou de genou

L’indicateur national mesure les « Infections du site opératoire 3 mois après pose de prothèse totale de hanche -hors fracture- ou de genou (ISO-ORTHO) » ​ (ratio standardisé observé sur attendu).

Il est calculé automatiquement à partir du PMSI MCO chainé sur l’année n-1.

Il sera restitué, chaque année, aux établissements de santé dans un funnel plot (diagramme en entonnoir) accompagné d’outils et d’informations complémentaires par localisation de la prothèse pour cibler la prise en charge à investiguer par retour au dossier du patient. L’analyse et la mise en place d’actions d’amélioration des pratiques cliniques en lien avec l’indicateur est à intégrer dans le programme qualité-gestion des risques et à valoriser dans le compte qualité de l’établissement.

La 1e restitution aura lieu au cours du 2semestre 2018 (à partir des données 2017).

Cette mesure complétera l’indicateur « Mesure des événements thromboemboliques après PTH ou PTG (ETE ORTHO) » qui est restitué aux établissements annuellement depuis décembre 2016.

L’indicateur de sécurité du patient en chirurgie orthopédique mesurant les « Évènements thrombo-emboliques après pose de prothèse totale de hanche -hors fracture- ou de genou (ETE-ORTHO) » ​ (ratio standardisé observé sur attendu) est calculé automatiquement à partir du PMSI du secteur MCO sur une année complète.

Il est restitué, chaque année, aux établissements de santé dans un funnel plot, accompagné d’informations complémentaires par localisation de la prothèse pour cibler la prise en charge à investiguer par retour au dossier du patient. L’analyse et la mise en place d’actions d’amélioration des pratiques cliniques en lien avec l’indicateur est à intégrer dans le programme qualité-gestion des risques et à valoriser dans le compte de l’établissement.

Ci dessous un commentaire reçu le 31/05/2019 rédigé à l’occasion de la publication de l’article suivant :

CIM-10 FR 2018 à usage PMSI

Je suis chef de projet en charge du développement des indicateurs de résultats ETE et ISO ORTHO à la HAS.
Nous avons vu vos commentaires (ci-dessous) et vous remercions de diffuser ces consignes.
En complément, nous souhaitons apporter quelques précisions.

La HAS développe des indicateurs de résultats à partir du PMSI depuis 2015. Le 1er a été ETE ORTHO, puis en chirurgie orthopédique, ISO ORTHO (et non ICALIN). Ils sont mesuré automatiquement à partir du PMSI. Il ne s’agit pas d’un TAS mais d’une détection exhaustive de tous les séjours avec événements codés dans le PMSI national complet qui remonte à l’ATIH .

L’ATIH partenaire de la HAS pour ces travaux, produit des consignes de codage dédiées pour accompagner la fiabilité de l’indicateur par la diffusion des codes à utiliser pour ces événements dans la population cible de PTH ou PTG. Ces consignes, ainsi que les brochures d’information, et les fiches descriptives sont à disposition des établissements dans QualHAS avec leurs résultats, ainsi que sur le site de la HAS.

Bien cordialement,
Dr Banaei-Bouchareb