Dr Marie-Thérèse Giorgio : « Si les médecins n’investissent pas le Web, d’autres prendront leur place »


Source : le QDM du 22/11/14

Samedi 29 novembre, une poignée de médecins se réunira à Paris, dans le 9e arrondissement, pour une séance de formation quelque peu inhabituelle. Il ne sera pas question d’approfondir ses connaissances dans la BPCO ou dans l’optimisation de la prescription médicamenteuse des patients âgés cardiovasculaires… mais d’informatique, de Web et de réseaux sociaux.

Ces praticiens ont répondu à l’appel des médecins maîtres-Toile. Créée en 1999 par des passionnés de nouvelles technologies, cette association a organisé pour la première fois ce rendez-vous (1) pour les confrères tentés par la création de leur propre site Web.

Sa présidente, le Dr Marie-Thérèse Giorgio (2), explique au « Quotidien » les raisons de cette initiative dont l’enjeu est aussi de promouvoir la présence des médecins en ligne, aujourd’hui insuffisante à ses yeux.

« Le Quotidien ». Pourquoi avoir créé ce rendez-vous ? Pourquoi un médecin s’adresserait-il à vous ?

Dr Marie-Thérèse Giorgio. L’association est animée par une cinquantaine de médecins passionnés qui gèrent leur propre site Web. Nous voulions partager ces connaissances avec nos confrères qui souhaitent eux aussi franchir le pas. Je pense qu’il est beaucoup plus facile d’apprendre avec ses pairs. Nous parlons le même langage. C’est aussi une façon pour nous de garder notre indépendance et de ne pas laisser le champ libre aux labos qui proposent parfois leurs services aux médecins.

Quelle est l’utilité pour un médecin de créer son propre site Web ?

C’est déjà un espace d’informations pour les patients. Le médecin peut y publier une liste de sites médicaux qu’il estime fiables. Le grand public a parfois du mal à s’y retrouver dans l’offre foisonnante d’Internet. Le médecin, lui, est un référent incontournable. Cela permet de prolonger la consultation au cours de laquelle il est parfois difficile de tout dire.

Bien sûr, on peut aussi publier toutes les informations pratiques sur le fonctionnement d’un cabinet, les horaires, les fermetures annuelles… Certains sites proposent aussi la prise de rendez-vous en ligne. Mais ce type de service est déjà plus compliqué à mettre en œuvre.

Est-ce à la portée de tous les confrères ? Faut-il des prérequis techniques ?

Aujourd’hui, n’importe qui peut créer son site, très simplement, sans aucun bagage informatique conséquent. Si vous savez créer un document sous Word, vous pouvez administrer un site ! C’est ce que nous allons montrer lors de cette journée de formation le 29 novembre.

Bien sûr, il faut aimer l’informatique et les nouvelles technologies. Car cela reste une activité assez chronophage compte tenu du fait que les médecins ont souvent des journées très très chargées. Ceux qui ne souhaitent pas trop s’investir peuvent se tourner vers les plates-formes de blog, où tout est automatisé, sans avoir besoin de nom de domaine.

Justement… Site, blog, page Facebook, compte Twitter… Quel média privilégier ?

Tout dépend de ce que vous voulez faire. De nombreux médecins animent des blogs très intéressants où ils évoquent leurs ressentis, leurs états d’âme. Mais à mon sens, il s’agit surtout d’échanger entre confrères, moins d’informer et de guider les patients. C’est pareil pour les réseaux sociaux comme Twitter. Beaucoup de praticiens l’utilisent pour dialoguer entre eux, rester en contact, garder un lien avec la communauté médicale. L’approche des médecins maîtres-Toile est davantage celle de la diffusion de la connaissance auprès des patients.

Un médecin peut-il tout se permettre sur son site ? Quelles sont les règles à respecter ?

Le Conseil national de l’Ordre des médecins a publié un livre blanc qui regroupe ses recommandations à ce sujet. Il faut respecter l’éthique et la déontologie médicales bien sûr, bannir toute approche commerciale, la publicité, garantir la confidentialité des patients… L’Ordre recommande aussi de faire apparaître sur la page d’accueil du site un lien vers l’annuaire du CNOM pour que les internautes puissent vérifier en un clic que l’animateur du site est bien médecin.

Certaines recommandations sont peut être un peu trop frileuses. Par exemple, je connais des confrères qui regrettent de ne pas pouvoir indiquer des liens vers des sites commerciaux pour mieux renseigner leurs patients.

Les médecins sont-ils assez présents sur Internet ?

Pas assez, selon moi. J’apprécie les forums de patients. C’est très instructif. Mais les médecins doivent eux aussi jouer leur rôle sur Internet pour y diffuser des informations sur la santé, dialoguer avec les patients. Si nous ne sommes pas présents, d’autres prendront notre place. Il est important de pratiquer la Toile, d’être au courant des usages, du développement des réseaux sociaux, pour être en phase avec les patients.

C’est aussi la raison pour laquelle nous avons lancé cette initiative de formation. On est en mesure d’accompagner nos confrères, de leur expliquer très simplement comment créer leur site. C’est une démarche très confraternelle. En cas de problème, même à minuit, ils trouveront toujours un médecin maître-Toile prêt à leur donner un coup de main !

S. L.

(1) Des places sont encore disponibles pour cette formation « Créer son site médical en toute indépendance ». 29 novembre, à Paris. Participation aux frais de 80 euros. Détail du programme sur le site des médecins maîtres-toile.
(2) Le Dr Marie-Thérèse Giorgio anime également le site atousante.com, dédié à la médecine du travail.

Print Friendly, PDF & Email