Billets du mois : octobre 2014


QDM du 29/10/14:

Le président de la République François Hollande tente de tranquilliser la FHF inquiète de la généralisation de la facturation individuelle et directe des séjours hospitaliers, prévue en 2016.

Le projet FIDES doit permettre à l’AM de disposer de données détaillées sur l’activité de l’hôpital – au même titre que les cliniques et les médecins de ville –, en vue d’une maîtrise renforcée des dépenses de santé.

Inscrit dans la loi, le dispositif est pour l’instant mené à titre expérimental dans une (petite) poignée d’établissements.

Il faut dire que la FHF en date du 14 octobre par la voix de son président Frédéric Valletoux avait fustigé le projet FIDES le déclarant « d’aucune valeur ajoutée ni pour les patients ni pour le système de santé » et « parfaitement représentatif de l’absurdité de la politique actuellement conduite dans le système de santé » La FHF estime que ce projet nécessitera « des recrutements massifs de personnels administratifs pour traiter les factures »

A cet endroit des échanges , on peut s’interroger sur la place donnée aux DIM semble t-il totalement oubliés des débats ou des écrits des uns et des autres , alors même que le projet de loi santé 2015 souligne, rappelons le, que « le DIM unique sera responsable de l’analyse et de la facturation de l’ensemble des membres du GHT »

De quoi parle t-on ici ?

De recruter en masse du personnel pour traiter les factures ( coté gestion des droits AM – c’est déjà le cas non? ) … ou de recruter en masse des TIM pour coder les séjours du futur GHT et optimiser les recettes des établissements membres … le plus souvent par reconversion professionnelle – donc à coût constant ?

Mais à propos qui sait à quoi sert un DIM ?

La réponse du chef de l’état au président de la FHF se veut rassurante. « Si le déploiement de ce projet est engagé pour les actes et consultations externes des hôpitaux, une expérimentation préalable est prévue avant décision de son éventuelle généralisation aux séjours hospitaliers, rappelle le président de la République. Cette décision serait prise par la ministre de la Santé, en liaison étroite avec votre fédération, sur la base des enseignements qui seront tirés de cette expérimentation. » Bref il n’est pas mis fin au projet FIDES…car « Je sais pouvoir compter sur l’engagement de votre fédération et de tous ses membres au service de la santé de la population et de l’effort de maîtrise de nos dépenses publiques », conclut François Hollande.

La mise en place des GHT prévoit 260 millions d’économies …

N’oublions pas les couts cachés dans ce calcul d’économies … pour n’en citer qu’un « le cout de mise en cohérence-connexion? des différents SIH du futur GHT « …mais peut être ce ne sont pas des dépenses publiques ?

Celle de FIDES en prévoit combien ? …pour quelle compte de la nation ?…

Pour mémoire le décret FIDES ACE  du 8 juillet sur légifrance est ici ou là–> joe_20140710_0034 FIDES ACE


INFO ATIH

Le recueil de l’information des établissements de santé, cœur de métier de l’ATIH, donne lieu à différentes formes de restitution comme cette analyse de l’activité hospitalière. Réalisée chaque année, elle vise à éclairer les acteurs de santé en offrant une vision globale des financements des établissements et de leur activité comparée à celle des années précédentes.

En préambule, l’étude commence par le suivi des financements par l’assurance maladie de 2013 des établissements de santé, d’un montant d’environ 74 milliards d’euros annuels. Au-delà des dépenses, l’intérêt est de définir la nature des activités et sa traduction en profils de patients, pathologies, modes prise en charge, niveau de sévérité…

Les activités sont détaillées par champ hospitalier : court-séjour en médecine, chirurgie, obstétrique (MCO), hospitalisation à domicile (HAD), soins de suite et réadaptation (SSR) et psychiatrie.

Le rapport propose une photographie de l’activité des établissements de santé en 2013 et la compare avec celle des années passées. Ainsi, les tendances confirment notamment le développement de la chirurgie ambulatoire, le dynamisme des établissements spécialisés en HAD et en SSR.

La forme du rapport a évolué et se compose :

– d’un premier tome « L’essentiel » restituant les résultats principaux et non plus d’une fiche systématique par agrégat d’activité

– d’un deuxième tome « Données chiffrées » qui présente un ensemble de fiches sur les différents champs (MCO, HAD, SSR et Psychiatrie).

Ces fiches sont également mises à disposition en format EXCEL:


L’ASIP Santé a publié le 06/10/2014 pour commentaires, le premier livrable de « l’Etude sur la mise en œuvre de terminologies de référence pour le secteur santé-social en France », étude que lui a confiée la Délégation à la Stratégie des Systèmes d’Information de Santé (DSSIS) au mois de mars 2014.

Sous-titré « Fondamentaux et premier inventaire », ce document dresse un premier inventaire des terminologies de référence disponibles pour le secteur santé-social, et pose les fondamentaux sur lesquels s’appuieront les étapes suivantes de l’étude.

Les contributions ou commentaires sur cette réflexion sont les bienvenus et peuvent être formulés à l’adresse etudeterminologies@sante.gouv.fr . Ils seront  pris en compte dans les étapes suivantes de l’étude. Elles viseront  à identifier les besoins en terminologies du secteur santé-social en France, et les usages de ces terminologies observés dans d’autres pays.

Ici –> l’étude sur la mise en œuvre de terminologies de référence pour le secteur santé-social en France


Journée des DIM d’ALSACE

Vous retrouverez ci dessous les supports des interventions qui ont été présentées et dont j’ai été destinataire relatif à la Journée annuelle des DIM d’Alsace. Vous pouvez m’adresser les supports non disponibles si vous le souhaitez Journée 2016 Pas de journée en 2015 Journée 2014 Journée 2013 Journée 2012 Journée […]


Le PLFSS 2015 renforce les contrôles des ARS sur les établissements de santé, quant à la pertinence des actes et la dépense en médicaments

Le déficit s’établit à 15,4 milliards d’euros (Md€) dont 11,7 Md€ pour le seul régime général.

Pour 2015 la réduction du déficit est estimée à 2 Md€ (régime général et vieillesse) L’Ondam en 2015 sera de 2% pour l’hôpital.

Une mise en réserve prudentielle de 500 M€ a également été inscrite au PLFSS.

La liste en sus sera surveillée dans le cadre du PLFSS 2015 car elle a encore dérapé de l’ordre de 7 à 8% . Les ARS pourront désormais intimer aux établissements, dont les dépenses liées à la liste en sus seraient atypiques, des objectifs de réduction de la dépense, de mise sous observation ou de mise sous accord préalable. Pour certaines spécialités inscrites sur cette liste, les établissements devront payer un forfait.

Un effort est demandé sur le développement de l’ambulatoire, dont le Gouvernement attend des économies de l’ordre de 100 M€ en 2015.Des crédits seront accordés aux ARS pour l’accompagnement des hôpitaux dans le développement de l’ambulatoire (19,5 M€).

La pertinence des soins fera également l’objet d’une mesure , avec la possibilité de mises sous observation d’établissements pendant six mois : les contrôles de l’ARS seront aussi renforcés dans la surveillance des dispositifs médicaux implantables et un plan annuel d’actions régional d’amélioration de la pertinence des soins va être élaboré.

Extrait Hospimedia du 29/09/14